Végan, végétarisme, végétarien, gluten free… Cela fait quelques mois maintenant que ces termes reviennent ; tant sur les réseaux sociaux que dans nos magazines préférés. Mais ce régime alimentaire, est-il de l’ordre de la tendance ou de la vraie prise de conscience ?

Végétarien, végétalien, végan…

Le régime alimentaire végan s’est popularisé il y a maintenant une dizaine d’années. Des photographies de mets plus travaillés et végans les uns que les autres fleurissent sur Instagram.

Mais avant d’être une photo de plat très colorée et à l’image soignée, le « véganisme » tient son origine d’un mode de vie, plus que d’un régime alimentaire strict. Bien qu’il soit associé au « gluten free » de part son aspect d’effet de mode, le régime végan est une réelle philosophie, ode à la cause animale. Dans les grosses lignes, être végan c’est rejeter l’exploitation animale pour toute production que ce soit. Cela comprend donc le cuir, la fourrure, la laine, la soie, les perles… En somme, tout ce qui peut provenir d’un animal, qu’il s’agisse d’un produit de consommation quotidienne ou de luxe. À plus large échelle, être végan c’est aussi s’opposer à l’utilisation des animaux comme divertissement. Nous prendrons l’exemple zoos, du cirque, des parcs aquatiques, de la chasse ou encore de la corrida. Évidemment, être végan ce n’est pas appliquer littéralement tous les éléments précédemment évoqués ; mais c’est en grande partie valoriser la cause animale.

C’est pour cela que si tendance il y a, elle se retrouve dans l’alimentation. L’été approchant, il apporte avec lui des envies de plage, de prendre soin de son corps et de manger plus léger. De fil en aiguille, l’alimentation végétale se retrouve en tête des charts en cette saison.

Pour mieux s’y retrouver, il faut savoir que le mouvement végan découle d’autres régimes alimentaires, dont :

  • Le régime végétarien : Cette alimentation vise à ne plus consommer de chair animale sous quelle forme que ce soit. Cela comprend donc la viande, le poisson, ou encore les fruits de mer. Cependant en étant végétarien, les produits issus de la production animale sont consommables. Nous nommerons par exemple le lait, les oeufs et le fromage.
  • Le régime végétalien : « On prend tout et on recommence ! », à l’exception de tout ce qui peut provenir des animaux. C’est de ce régime alimentaire que provient la tendance végan. Cette alimentation supprime tout ce qui peut provenir d’animaux, du lait au miel, en passant par la gélatine.

D’un point de vue historique, le véganisme (Ou être végan, accrochez-vous !) existe depuis l’antiquité. Après les grandes guerres qu’a connu notre histoire, manger de la viande était un signe de noblesse, puisque cela coûtait cher. Cette pratique s’est ancrée dans nos moeurs et y est restée. Aussi, cette habitude alimentaire s’est même multipliée depuis l’industrialisation, qui a permis d’augmenter la quantité de viande à l’instar de la qualité.

Green Bear Coffee, à Marseille

« C’est important de faire du bio et de respecter son alimentation, surtout quand on voit ce qu’on nous met dans l’assiette. » nous explique Sabrina, en cuisine du Green Bear Coffe, au 123 à la Canebière.

Le Green Bear Coffee de la Canebière, c’est le troisième du nom sur Marseille. Il s’agit d’un lieu de restauration rapide, d’un café, ou encore d’un snack bio, qui propose une large variété de mets végan. Dans une ville caractérisée par la fast food et les kebabs, ce petit bout de green résonne comme une prise de conscience alimentaire. Si Sabrina devait qualifier le Green Bear Coffee, elle dirait que c’est un lieu « Simple sans ambition aucune ». Et pour cause, les plats proposés sont travaillés sur place, avec des fruits et légumes frais de Carpentras, du café provenant d’un torréfacteur arlésien, ou encore de viandes locales.

La clientèle n’est pas forcément végan, mais elle vient en connaissance de cause. Elle sait que ce qu’elle va manger sera de qualité, certifié bio, et surtout qu’à la question « D’où viennent mes lasagnes de légumes ? » Une réponse satisfaisante lui sera donnée.

La carte est de saison, l’accueil chaleureux et les mets originaux. Alors, tentés par des beignets de carottes fêta et roquette ?